Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle assortiment de nouvelles avec Des Nouvelles du Métro de Jacques Villers publié chez B&O éditions. Merci à eux pour l’envoi !

C’était un assortiment de nouvelle comme j’en ai rarement lu ! Chacune d’entre elle est vraiment unique en son genre. Prenant tour à tour possession d’objets inanimés, d’animaux ou d’allégories, ces nouvelles leur donne la parole, leur permettant de partager avec nous lecteurs une partie de leur vie, de leurs envies, de leurs revendications, une partie d’eux. En lisant ce livre, on plonge dans un univers plus fantaisiste, plus enfantin, bien que le ton donné soit beaucoup plus sérieux que cela. Tout le contraste se situe à cet endroit : chaque prise de parole est faite sur un ton neutre voire cordial (sauf pour une, mais les grecs, on ne peut pas les changer) alors que leurs auteurs n’ont absolument rien de normal ni de conventionnel, ce qui nous change vraiment des différents livres que l’on peut lire. Ma nouvelle préférée ? Celle intitulée « Le Temps fait sa crise d’Ado » ! On y retrouve Chronos, ayant un petit grief contre les mortels qui se plaint, beaucoup. Cette nouvelle, bien qu’incorrecte d’un point de vue mythologique (mais j’ai laissé ça de coté lors de la lecture, je n’ai pas hurlé au désastre comme je peux le faire de temps en temps lorsque la mythologue en moi se réveille, mais passons) est vraiment la plus amusante de toutes. Je me suis vraiment pris au jeu, à tel point que j’imaginais parfaitement la scène assez comique se dérouler devant moi. Une autre qui m’a beaucoup plu s’intitule « Sur le trottoir d’en face », donnant la parole à une rue qui peut sembler toute simple mais qui a beaucoup de chose à raconter. C’est vraiment la note finale qui m’a plu et amusée : c’était mignon et inattendu ! par contre j’ai moins accroché avec la versification de la troisième nouvelle alors que celle de la première est passée comme une lettre à la poste. Je crois que c’était un peu trop abstrait pour moi, j’étais un peu perdue dans celle ci. Mais bon, une sur 10, c’est plutôt pas mal comme score.

Un projet de recueil de nouvelles fantastiques où les bateaux ont leur cap, les rues ont leur histoire et les rats payent leur loyer.
Les mots ont une adresse, la maladie un plan de carrière, l’argent est gréviste , le temps en crise d’ado et l’Infini têtu.
Réfléchir et se divertir plutôt que perdre son temps dans le métro ou les transports, c’est l’objectif qu’a ce livre.

Les points forts

  • Une plume très agréable
  • Des narrateurs assez inédits et incroyables
  • Des histoires simples mais efficaces

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s