Chronique : La Cité du Ciel T1

Nous sommes les Céruléennes. Notre sang est magique.

Amy Ewing

Au sein d’une cité isolée, loin de toute forme de vie extérieure vit une société exclusivement féminine qui se nomment les Céruléennes. Cette cité flotte dans les airs et reste accrochée à la planète en dessous grâce à une chaine fixée par une Céruléenne il y a fort longtemps. Sera, une jeune fille curieuse et pleine de rêve ne voit pas son avenir au sein de cette cité et ne s’y sent pas chez elle, malgré la présence de se meilleure amie Leela. A l’aube de connaitre son avenir, elle se voit élue au sein de sa communauté lors d’une période très importante : la cité va se voir libérée de son entrave afin de migrer vers une autre planète. Afin de couper le lien de sa cité avec la planète liée pour laquelle elle a une attirance et une curiosité sans failles, elle va devoir sauter de la cité qu’elle a toujours connue.Sur la planète, la vie n’est pas exactement comme sur la cité : le monde est régi par les hommes et les femmes n’ont absolument aucun droit. C’est dans cet univers que vivent Léo et Agnès, deux frères et soeurs, enfants d’un milliardaire propriétaire d’un théâtre. Ignorés par leur père depuis toujours, Léo cherche désespérément à ressembler à son père tandis qu’Agnès cherche à accumuler le plus de savoir possible, tout en cachant ses secrets à tout le monde. Mais tout change lorsqu’ils découvre une mystérieuse créature lors d’une expédition qui permet de trouver la créature star de la dernière pièce de leur père. 

Comme l’indique sa fabuleuse couverture, ce livre s’inscrit dans un genre Young Adult avec beaucoup de fantastique, un soupçon d’aventure et une petite pincée de romantisme. Il se veut également faire la critique d’une société très patriarcale ainsi que de la place de la liberté et de l’échelle sociale. En clair, je le conseille à toutes les personnes qui aiment le fantastique et les livres pleins de rebondissements. 

Ce qui marque le plus dans ce livre, c’est véritablement son univers absolument unique. Celui-ci semble fragmenté, divisé entre la planète de Léo et Agnès, une société mixte et extrêmement patriarcale, et la cité de Sera, exclusivement féminine et dictée par une grande prêtresse toute puissante (grâce à la religion entres autres). Dans cet univers, on peut ressentir une certaine critique de notre société, elle aussi patriarcale et avec une place importante de la religion. C’est grâce à la plume de l’auteure qu’elle arrive à dénoncer cette société normale pour les lecteurs et la fratrie mais qui étonne (voire horrifie) Sera pour qui tout est nouveau. C’est par le biais du point de vue de Sera que l’auteure développe la moitié de son roman, ce qui fait de la jeune fille le personnage principal et central de toute l’histoire. Sera est une jeune fille pleine de vie et curieuse. Lors de sa vie sur la Cité des Céruléennes, elle se sent régulièrement exclue du reste de groupe, excepté avec Leela, la seule personne de toute la cité qui semble la comprendre. Même ses trois mères semblent ne pas la comprendre malgré leurs efforts conjugués et tout l’amour qu’elles lui portent. Lorsque Sera apprend qu’elle est l’Elue, destinée à libérer la cité de ses entraves par son sacrifice, elle est véritablement mise à l’écart dans cette société, hissée au rang de quasi-divinité avant son saut de l’ange mortel (elle en vient même à regretter le temps où elle était normale, où elle cherchait encore sa destinée). Agnès est assez similaire à Sera : elle se cherche aussi une place dans ce monde strict qui ne lui correspond absolument pas. C’est par sa différence qu’elle va devoir se révolter contre son célèbre père, honteux de ses enfants à cause de leur mère qui est l’origine de la grande fortune familiale, source de honte pour cet homme fier. Son frère, Léo (un prénom plutôt bien choisi, non ?) souhaite faire la fierté de son père et pense faire le bien. Mais au fil de l’histoire, il va murir et changer sa façon d’agir et de penser pour trouver un nouvel idéal, plus en accord avec ses principes. 

Bref, un nouvel univers qui vaut le coup d’œil, et bien plus !


2 commentaires sur “Chronique : La Cité du Ciel T1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s