Chronique : Eclats d’Etoile T1

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle d’Eclats d’Etoile de Neal Shusterman publié chez la collection R (merci à Babelio pour l’envoi !) Résumé éditeur : Dillon possède le terrifiant pouvoir de déclencher des vagues de destruction avec une simple pensée.Deanna, elle, ressent une peur si dévorante qu’elle en est devenue une sorte de […]

Avis Série : Le Joyau

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle d’une série qui, il me semble est assez connue, mais que je n’ai découvert pourtant qu’il y a peu : la trilogie Le Joyau de Amy Ewing. Le tome 1 est éponyme à la saga, le second tome s’appelle La Rose Blanche et le dernier tome se […]

Chronique : Extincta

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui je vous parle d’Extincta de Victor Dixen publié chez la Collection R. Résumé éditeur : L’espèce humaine disparaîtra dans 255 heures. Les pires prédictions climatiques se sont réalisées, le Grand Effondrement a eu lieu et presque toutes les espèces animales se sont éteintes. Les Derniers Humains se sont réfugiés dans les […]

Chronique : Les 7 Vies de Léo Belami

Je vais mourrir dans moins d’une heure.

Nataël Trapp

Léo est un lycéen banal comme l’ont été beaucoup de personnes : il va au lycée, ne pense qu’au moment où il quittera les cours et au bal de fin d’année qui aura lieu la semaine prochaine et s’il pourra y aller avec Valentine, la fille populaire, son ex petite amie a qui il est encore très attaché. Dans la petite ville où il vit, il ne se passe pas grand chose, sa vie étant bercée par les cours et son travail à la vidéothèque de la ville. Le seul événement important en dehors de cette soirée ? L’anniversaire de la mort de Jessica Stein, la miss parfaite du lycée de 1988, mort qui n’a toujours pas été résolue à ce jour. Mais un matin alors qu’il se lève, il se découvre dans le corps d’un autre, dans une autre maison et pire encore, dans une autre époque ! Voilà notre Léo coincé dans le corps d’un inconnu en 1988, au mm moment qu’en 2018, c’est à dire à une semaine du bal de promo mais aussi de la mort de Jessica, sur laquelle il décide de se pencher sérieusement (l’occasion) Au fil de sa journée, il va en apprendre plus sur cette parfaite Jessica plus-tellement-parfaite, établir une liste des suspects et surtout essayer de comprendre comment et pourquoi il se retrouve ici. Plus important encore : comment revenir chez lui ?

Voilà bien un OS à coté duquel il ne faut pas passer ! Chaque élément de ce livre est d’une grande importance et le tout est savamment mélanger afin de créer un thriller adolescent additif absolument (presque) parfait. L’auteur a vraiment du génie sur ce coup : il prend le lecteur par la main, le fait rentrer tout d’abord dans l’univers que côtoie Léo, ses amis, son job, ses soucis, sa famille, bref tout ce qui fait de lui qui il est réellement afin de le comprendre au plus vite et même de commencer à s’y attacher. Mais alors que se termine la première nuit, le lecteur, tout comme Léo, tombe d’assez haut : découvrant un monde qu’il n’a pas bien connu (en théorie, je parle du lecteur moyen), un monde qui lui semble quand même assez familier par les nombreuses références à la population-culture et autre. malgré cela, le lecteur et Léo ont besoin d’un temps d’adaptation afin d’aviser et de connaitre le suite du programme (enfin, surtout Léo, le lecteur lui se laisse guider). A partir de ce moment là, le lecteur s’identifie très facilement à Léo, découvrant lui aussi un nouvel univers dont il n’est pas très éloigné. Le gros point fort de ce livre, ce sont les nombreuses références qui se trouvent à l’intérieur et qui marquent et temporisent le récit (et le gros plus, c’est la playlist de fin du livre, j’ai beaucoup aimé l’idée !) : chaque évènement important en est marqué et ils s’enchainent les uns après les autres avant le grand final qui personnellement m’a beaucoup étonnée ! Le rythme de lecture est absolument incroyable : au fil du temps, le lecteur ne peut que faire un seul constat : encore, encore et toujours plus, a croire que c’est impossible de cacher ce livre avant la fin !

Bref, un thriller addictif

Chronique : Cogito

Quand Roxane se décidera-t-elle a utiliser son cerveau ?

Victor Dixen

Dans un monde futuriste dans lequel les IA sont présentes en grand nombre et remplacent peu à peu les humains dans leur travail, plusieurs multinationales cherchent à se faire un nom en développant des instruments toujours plus à la pointe de la technologie. De ce fait, les humains sont obligés d’obtenir le BAC (Brevet d’Accès aux Corporations) afin de s’assurer un avenir correct. Malheureusement, il est assez difficile à obtenir (pas comme le nôtre actuellement) et est réservé à une élite studieuse. Roxane ne fait pas partie de cette élite : c’est une jeune fille qui n’arrive pas à étudier correctement et qui a basculé dans la délinquance en entrant dans un gang, les Clébardes. Pour toute excuse, elle a été touchée par une série de malheurs plus ou moins violents : une pupille constamment dilatée, la mort de sa mère, l’alcoolisme de son père, etc. Alors qu’elle essaie plus ou moins de revenir dans le droit chemin, elle est contactée par l’industrie Noosynth afin de tester un de leur nouveau produit en avant première. Cette entreprise centrée sur la nanotechnologie a inventé un moyen pour acquérir des connaissances (celles nécessaire pour le BAC) sans effort, parfait pour les personnes en situation d’échec comme Roxane. Roxane va alors accepter de tester cette nouvelle technologie mais sans savoir à quel prix.

Inscrit dans une France dystopique à souhait, ce livre parle de la place croissante que prennent les nouvelles technologie dans notre quotidien ainsi que de son impact sur la vie quotidienne et sur la santé. En clair, je le conseille à tous les fans de dystopie mais aussi de SF qui sauront très sûrement trouver leur compte.

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce livre : à peine acheté, déjà dévoré (ou presque). Déjà, l’ennnnnoooorme point positif c’est sa beauté. Je sais, on ne juge pas un livre à sa couverture, mais même quand on l’ouvre il est absolument divin : la mise en page est très jolie et permet de différencier facilement les différentes parties, chaque nouvelle partie a sa propre page de grade avec une énigme à chaque fois (enfin, plutôt un labyrinthe comme on trouve derrière les paquets de céréales) et j’adore ça !! Bon bien sûr, l’emballage seul n’implique pas forcément un coup de cœur (même si les énigmes donnaient un très bon point), l’histoire, l’univers, les personnages, tout l’impliquait ! L’univers est superbement bien représenté grâce aux différents schémas présents en bonus (mon préféré reste quand même les îles par leur nom et leur représentation, j’adore). Chaque élément inédit (et il y en a) se voit bien expliqué au moment de son intronisation ce qui permet au lecteur de se retrouver facilement dans l’ouvrage. L’histoire quant à elle, c’était de la bombe ! Même si les péripéties sont assez lente lors de la mise en place de l’univers et des objectifs, elles vont crescendo afin d’atteindre un point de non retour, à partir duquel le lecteur ne peut que s’accrocher à ce livre, priant à la fois pour connaître la suite rapidement et à la fois pour ne pas le terminer trop tôt. Comme je découvrais la plume de cet auteur, je n’avais absolument aucun apriori sur ce livre, sa façon de le traiter ni sur sa plume. Celle-ci rend tous les éléments véritablement vivants (surtout grâce aux références cachées par ci par là et que j’ai trouvé très amusant et placé pile dans le mille pour ce qui est de l’histoire) : Roxane et les autres personnages sont ultras présents et réaliste à tel point que le lecteur arrive à se les représenter mais aussi à se reconnaître en eux en partie. Et c’est grâce à ça que Victor Dixen arrive à faire prendre conscience de la place très importante et grandissante de la technologie dans nos vies.

Bref, un roman dystopique qui fait prendre conscience de certaines vérités !

Chronique : La Cité du Ciel T1

Nous sommes les Céruléennes. Notre sang est magique.

Amy Ewing

Au sein d’une cité isolée, loin de toute forme de vie extérieure vit une société exclusivement féminine qui se nomment les Céruléennes. Cette cité flotte dans les airs et reste accrochée à la planète en dessous grâce à une chaine fixée par une Céruléenne il y a fort longtemps. Sera, une jeune fille curieuse et pleine de rêve ne voit pas son avenir au sein de cette cité et ne s’y sent pas chez elle, malgré la présence de se meilleure amie Leela. A l’aube de connaitre son avenir, elle se voit élue au sein de sa communauté lors d’une période très importante : la cité va se voir libérée de son entrave afin de migrer vers une autre planète. Afin de couper le lien de sa cité avec la planète liée pour laquelle elle a une attirance et une curiosité sans failles, elle va devoir sauter de la cité qu’elle a toujours connue.Sur la planète, la vie n’est pas exactement comme sur la cité : le monde est régi par les hommes et les femmes n’ont absolument aucun droit. C’est dans cet univers que vivent Léo et Agnès, deux frères et soeurs, enfants d’un milliardaire propriétaire d’un théâtre. Ignorés par leur père depuis toujours, Léo cherche désespérément à ressembler à son père tandis qu’Agnès cherche à accumuler le plus de savoir possible, tout en cachant ses secrets à tout le monde. Mais tout change lorsqu’ils découvre une mystérieuse créature lors d’une expédition qui permet de trouver la créature star de la dernière pièce de leur père. 

Comme l’indique sa fabuleuse couverture, ce livre s’inscrit dans un genre Young Adult avec beaucoup de fantastique, un soupçon d’aventure et une petite pincée de romantisme. Il se veut également faire la critique d’une société très patriarcale ainsi que de la place de la liberté et de l’échelle sociale. En clair, je le conseille à toutes les personnes qui aiment le fantastique et les livres pleins de rebondissements. 

Ce qui marque le plus dans ce livre, c’est véritablement son univers absolument unique. Celui-ci semble fragmenté, divisé entre la planète de Léo et Agnès, une société mixte et extrêmement patriarcale, et la cité de Sera, exclusivement féminine et dictée par une grande prêtresse toute puissante (grâce à la religion entres autres). Dans cet univers, on peut ressentir une certaine critique de notre société, elle aussi patriarcale et avec une place importante de la religion. C’est grâce à la plume de l’auteure qu’elle arrive à dénoncer cette société normale pour les lecteurs et la fratrie mais qui étonne (voire horrifie) Sera pour qui tout est nouveau. C’est par le biais du point de vue de Sera que l’auteure développe la moitié de son roman, ce qui fait de la jeune fille le personnage principal et central de toute l’histoire. Sera est une jeune fille pleine de vie et curieuse. Lors de sa vie sur la Cité des Céruléennes, elle se sent régulièrement exclue du reste de groupe, excepté avec Leela, la seule personne de toute la cité qui semble la comprendre. Même ses trois mères semblent ne pas la comprendre malgré leurs efforts conjugués et tout l’amour qu’elles lui portent. Lorsque Sera apprend qu’elle est l’Elue, destinée à libérer la cité de ses entraves par son sacrifice, elle est véritablement mise à l’écart dans cette société, hissée au rang de quasi-divinité avant son saut de l’ange mortel (elle en vient même à regretter le temps où elle était normale, où elle cherchait encore sa destinée). Agnès est assez similaire à Sera : elle se cherche aussi une place dans ce monde strict qui ne lui correspond absolument pas. C’est par sa différence qu’elle va devoir se révolter contre son célèbre père, honteux de ses enfants à cause de leur mère qui est l’origine de la grande fortune familiale, source de honte pour cet homme fier. Son frère, Léo (un prénom plutôt bien choisi, non ?) souhaite faire la fierté de son père et pense faire le bien. Mais au fil de l’histoire, il va murir et changer sa façon d’agir et de penser pour trouver un nouvel idéal, plus en accord avec ses principes. 

Bref, un nouvel univers qui vaut le coup d’œil, et bien plus !


Chronique : Les Belles T1

La beauté est une fleur qui fane.

Dhonielle Clayton

Camélia ne rêve que d’une chose : devenir la Belle favorite de la reine. Et dans son monde, c’est le role le plus important au monde. Rien ne compte plus que la beauté, fabriquée de toutes pièces par ces jeunes filles qui se transmettent leur pouvoir de générations en générations. Le jour de ses 16 ans et le festival de la Beauté coïncident, ce qui ne veut dire qu’une seule chose : elle est présentée à l’ensemble de la Cour et du monde afin de démontrer ses talents. Cette cérémonie n’est pas qu’une simple démonstration mondaine : il s’agit de la clé finale de leur apprentissage. Elles sont alors choisies par les tenancières de Salon, endroit où toute personne quelque peu fortunée peut changer son apparence grise et terne contre une merveilleuse beauté éclatante ou par la reine elle même pour s’occuper de la Cour et de la famille royale au grand complet. Après son spectacle lors du festival de la beauté, elle n’est sure de rien : elle espère être prise malgré son manque de rigueur. Alors, quand sa soeur de coeur et meilleure amie Amber est choisie pour être la favorite, elle rumine son désespoir en silence, jusqu’à ce qu’elle soit appelée à la Cour pour la remplacer.

Le sujet principal de ce livre, comme vous vous en doutez, est la beauté et sa perception dans un monde où elle ne peut être que créée. Inscrit dans un monde imaginaire, ce sujet prend malgré tout force en nous, surtout combiné aux charmes spéciaux d’une cour royale. En clair, je le conseille à toute personne fan de magie et de mystères, l’intrigue et l’univers y sont vraiment encrés. Ça va vous plaire alors foncez !

Même s’il me rappelle La Sélection de la même collection, ce livre rentre tout de même dans une dimension imaginaire inédite. Le livre s’ouvre dans un moment clé de la vie du personnage principal, qui déterminera ensuite tout le reste de sa vie que l’on continue de suivre. Camélia, comme la fleur qui est en réalité son symbole et sa marque de Beauté, est une jeune fille douce et pleine d’espoir. Enfin, dans un premier temps. Face à sa désillusion lors de son échec, Camélia se doit de faire face aux évènements tels qu’ils se présentent devant elle au fur et à mesure. Mais lorsque lui est proposé le titre de Favorite, elle redevient alors la jeune fille qu’elle était avant sa déception. Mais sa désillusion va être très rapide face aux intrigues les plus étranges de la cour. Mais Camélia n’évolue pas seulement à cause des évènements mais aussi grace aux autres personnages qu’elle rencontre au fil du récit. Ceux-ci sont certes beaucoup moins dépeint qu’elle mais ils sont tout de même assez bien décrits pour que l’on puisse facilement s’y attacher. Même si elle peut être quelque fois un peu irritante sur les bord (de part certaines actions qui m’ont quelques fois semblé un peu bizarres, mais ce n’est qu’un avis personnel), Camélia est tout de même très attachante et on peut facilement s’identifier à elle, surtout lors de son arrivée à la cour, lorsqu’elle découvre la véritable vie en son sein. Au fil du récit, les péripéties, toujours plus nombreuses, qu’elles soient prévisibles ou non, sont vraiment très nombreuses et s’accordent parfaitement à l’histoire. Aucune fausse note n’est d’ailleurs à déclarer en son sein, l’histoire et le récit sont parfaitement accordés avec les personnages et leurs caractères tous plus divers et variés les uns que les autres. Ces caractères s’animent parfaitement grace à la plume de l’auteur. Cette plume est vraiment légère et permettent une véritable animation des personnages au sein d’un univers créé tout spécialement pour rendre possible cette interaction inter personnages. D’ailleurs, cette idée d’univers est vraiment excellente : elle est inédite et implique une toute nouvelle façon de penser. De plus ce livre nous amène, nous lecteur, à réfléchit sur la place de la beauté dans la société et surtout à sa définition. 

Bref, une intrigue à la cour vraiment pas comme les autres