Joost avait deux problèmes : la lune et sa moustache.

Leigh bardugo

A Ketterdam, la ville n’est jamais calme, pas même la nuit. Car, c’est la nuit que les comptes se règlent entre les gangs a coups d’intimidations et de menaces, voire de meurtre. Et cette technique, Kaz Brekker la maitrise parfaitement. Roi de la punition en cas de trahison, il n’hésite pas à se salir les mains, d’où son surnom de DirtyHands afin que le monde entier le prenne au sérieux, surtout le chef de son gang qui a fait de lui son meilleur bras droit. Ce gang, les Dregs, c’est une véritable famille, un empire que Kaz peut utiliser à sa guise, enfin, la majorité du temps puisqu’il en a été le principal bâtisseur. En plus d’avoir développé ce gang à la perfection, il n’hésite pas à employer lui-même des personnes capables de prouesses extraordinaires comme Inej, alias le Spectre, capable de se fondre dans tout décor et escalader n’importe quelle façade, ou Nina, une Grisha capable de modifier les sentiments d’autrui. Mais lorsque le Conseil des Marchands propose à Kaz de violer l’inviolable, il n’hésite pas une seule seconde, même si cela consiste à kidnapper le faiseur de Jurda Parem, la drogue Grisha la plus puissante au monde permettant une multiplication de leur pouvoir à l’extrême. Pour cela, il va former les Six of Crows, une bande de malfrats prêts à tout pour s’enrichir.

Imaginez un casse donné impossible, un groupe de voleurs, tricheurs et arnaqueurs des rues avec un plan incroyable et des rebondissements à n’en plus finir… Et voilà, vous avez ce roman absolument incroyable ! L’idée de base est déjà excellente : au lieu de suivre l’aristocratie, pourquoi ne pas trainer avec les pires voyous des rues, ceux qui vous font peur quand vient la nuit et que vous êtes seuls dans une ruelle sombre. Bien qu’au dehors ils semblent n’être que des brutes, au sein de leur groupe, ils prennent soin les uns des autres, construisant ainsi une relation incroyable et vraiment réaliste. D’ailleurs les relations sont véritablement un des joyaux de ce récit fantastique à tous les points de vue. Les personnages ont chacun leur caractère divergent qui peut devenir complémentaire en s’associant. De plus, ils sont vraiment réalistes, surtout par leur façon de s’exprimer : ils utilisent un langage assez cru, symbole parfait des rues et se comportent comme on pourrait s’y attendre de la part de membres de gang. Ils permettent à l’histoire de se dérouler, maitrisant tout d’une main de maitre grâce à leur intellect (enfin, surtout celui de Kaz, qui selon moi est le personnage le plus charismatique de tous) Celle-ci est d’ailleurs complètement incroyable : même si le début du récit semble être un peu longuet, la vérité nous rattrape bien vite et chaque évènement s’enchaine avec une rapidité incroyable, si bien que la dernière partie du livre se déroule comme un véritable film juste devant nos yeux. Le final, quant à lui, est plein de rebondissements : on découvre de nombreuses choses sur les 6 personnages principaux qui nous laisse absolument sans voix, puisque le lecteur n’avait absolument rien vu. Le récit nous laisse sur un moment absolument incroyable qui ne nous laisse pas de marbre : le lecteur ne peut vouloir qu’une seule chose, la suite !

Bref, une très bonne lecture avec un univers addictif et des personnages incroyables !

2 réflexions sur “Chronique : Six of Crows T1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s