Chronique : ACOTAR T4 ; Un palais de flammes d’argent

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle du tome 4 d’ACOTAR intitulé Un Palais de Flammes d’argent de Sarah J. Maas publié chez La Martinière.

Résumé éditeur : Une année s’est écoulée depuis la fin des affrontements qui ont ébranlé Prythian. Mais bouleversée par les horreurs de la guerre et incapable de s’habituer à sa vie de Fae, Nesta ne se sent à sa place nulle part. Elle s’enfonce dans une spirale destructrice et refuse l’aide qu’on lui propose. Surtout celle de Cassian, avec qui elle est obligée de s’entraîner au combat, et pour qui elle nourrit des sentiments… ambigus.
Pourtant, quand la menace d’un nouveau conflit obscurcit l’horizon, Nesta doit accepter d’affronter ses propres démons. Car elle n’est pas une Fae comme les autres. Transformée par le Chaudron lui-même, elle possède des pouvoirs indispensables à la survie de la Cour de la Nuit…

L’eau noire qui léchait ses talons ruant frénétiquement était glacée.

Sarah J. Maas

Que dire de plus sur un univers que l’on explore depuis 3 tomes de demi ? Et bien, même si on pourrait croire que l’univers n’a pas rien à apporter, j’ai justement trouve qu’il y avait encore une belle découverte dans ce roman, plus centrée sur la cour de la nuit, et ce n’est pas plus mal, même si j’aurais aimé découvrir d’autres choses. Néanmoins les descriptions sont égales à elles mêmes : très présente au début du roman, elles se font plus rare uniquement à la fin. 

Après une longue trilogie, la série a-t-elle encore quelque chose à apporter ? Étonnamment oui, puisque cette histoire bien qu’assez longue se base sur de bonnes structures qui viennent directement de la trilogie initiale. De ce fait, l’histoire est tout de même assez bonne, quoique je l’ai trouvée moins addictive que les autres romans. Rares sont les actions qui s’enchaînent véritablement avant la fin du roman, puisque l’autrice préfère ici de longues périodes basées sur la psychologie des personnages entre autres. 

Les personnages parlons-en. C’est vraiment autour d’eux et plus précisément autour de Nesta (quoique Cassian ait une place importante également) que tout s’articule, bien que de nouveaux personnages attachants apparaissent. C’est’ a plongé dans la psyché et  l’évolution de cette dernière qui porte le roman, et ce n’est pas pour me déplaire. Néanmoins, le sexe a une trop grande importance dans ce roman, ce qui peut rebuter le lecteur. Surtout qu’à mon avis, ça n’apporte pas grand chose au roman, notamment parce que c’est trop présent. Et j’ai eu l’impression qu’il s’agissait du seul lien entre les deux personnages, surtout dans un premier temps, alors que d’autres éléments auraient pu être abordés. 

Pour finir, la plume de l’autrice. La véritable question, c’est de savoir s’il y a encore quelque chose à dire : oui le travail sur l’atmosphère est impressionnant comme toujours, et l’utilisation des différents détails est également originale. Par contre, j’ai trouvé que l’atmosphère était trop linéaire, probablement parce qu’elle est liée à la psyché de Nesta. En revanche, j’aimerai saluer les messages abordés : le deuil et la reconstruction après une expérience traumatisante sont très bien amenés et me semblent importants. Elle aborde le sujet d’une façon très juste, ce que je dois saluer. 

Bien que dans la même veine que les autres tomes, le spicy ne fait pas tout. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s