Avis série : Les Puissants

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle de la série Les Puissants de Vic James publiée chez Nathan que j’ai pu découvrir sur Audible.

Résumé du tome 1 : Dans le jeu du pouvoir, chacun risque sa vie.
Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage.
Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent libres et gouvernent le pays.
Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de partir tous ensemble accomplir leurs jours d’esclavage. Abi devient domestique au service de la puissante famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité de terribles dangers, car chez les Égaux, les luttes de pouvoir sont sans pitié. Et lorsqu’elle tombe amoureuse d’un de ses maîtres, c’est sa vie même qui est en péril…Luke, quant à lui, a été exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s’épuise à la tâche. Cependant, d’autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.

L’univers que construit l’autrice au détour de ses mots est absolument fantastique et merveilleux. D’abord, on se croit plongé dans une fiction historique, bien que l’on comprenne rapidement qu’il s’agit d’une transposition de la société anglaise passé du XIXe-XXe siècle dans notre monde actuel, ce qui créé un mélange étonnant, mais qui fonctionne parfaitement bien. De plus, les éléments qu’elle ajoute et met en place, je pense ici aux « dons », sont assez mystérieux pour intriguer le lecteur, mais on découvre de nombreuses choses dessus avec Silyen notamment. Les descriptions qui ponctuent ce récit ne noient pas l’histoire et les rebondissements, mais servent plutôt à la mettre en valeur, créant un cadre dépeint magnifiquement que ‘on peu s’imaginer très aisément. En effet, celui-ci s’accorde parfaitement avec l’univers, que ce soient les riches maisons de maitres, les villes d’esclaves à l’image d’usines ou Londres, à la fois semblable à la nôtre, mais différente. 

L’histoire qui se déroule sur trois tomes pourrait sembler longue et monotone à un lecteur à qui on présente la trilogie dans un premier temps. MAIS ABSOLUMENT PAS ! (Et oui, les majuscules étaient nécessaires) Si dans le premier tome, on découvrait un monde, ses inégalités et la rage de vaincre des personnages, on ne faisait que gratter la surface du véritable enjeu que l’on découvre dans les deuxième et troisième tome. Et l’histoire prend également des proportions de plus en plus importantes, mélangeant allègrement les arc narratifs associés au personnages : la recherche sur le don de Silyen, la quête de liberté de Luke, la soif de pouvoir de Bouda ou la volonté sans faille d’Abi de réunir sa famille, entre autres. Et ce savant mélange est explosif, croyez moi, les actions s’enchainent avec les découvertes, les trahisons et les plot twist, si bien que le tome final se termine dans une véritable apothéose littéraire, qui ne m’a pas laissée de marbre… (si je l’avais lu en papier, ça aurait été étiquette bleue sur étiquette orange sans discontinuer)

Si je vous dis qu’il y a beaucoup de personnages, ça va vous rebuter ? Ce serait vraiment dommage parce que bon nombre d’entre eux sont attachants, alors que j’ai adoré détester certains autres. Si du coté des Hadley, je me suis beaucoup attachée à Luke que j’ai trouvé adorable, que je me suis identifiée à Abigail et que j’ai retrouvé ma petite soeur dans Daisy, j’ai particulièrement apprécié l’un des Jardine… Certes, Gavar, qui m’a d’abord laissée de marbre, a peu à peu ouvert son armure pour Libby et a montré une autre facette de lui plus attachante et plus humaine dirons nous. Jenner quant à lui, je ne l’ai pas vraiment aimé, il était trop parfait et trop gentil… Par contre Silyen a eu la palme d’or de mon coeur. C’est mon personnage préféré dans toute la saga si vous ne l’aviez pas deviné… Il est morally Grey à souhait, très calculateur, assez distant et dans les deux premiers tomes, on ne sait absolument pas où il va, mais je l’ai suivi sans problèmes. Et je n’ai cité là que mes préférés, parce qu’il ne faut pas me lacer sur le sujet Bouda. En vérité je n’ai pas grand chose à dire, si ce n’est que je ne l’ai vraiment pas aimée, mais que son rôle d’antagoniste sans coeur prêtée à tout était vraiment bien fait, au contraire de Crovan plus monochrome et moins intéressant. Bref, imaginez tout ce beau monde, et bien d’autres, interagir entre eux. Ça fait peur n’est-ce-pas ? Peut-être mais ça n’en n’élève pas moins à la qualité de ces romances, ces haines, ces rivalités, ces trahisons, bref ces vies bien mouvementées….

Bref, parlons un peu de la plume de l’autrice. Une vraie réussite aussi de ce coté là ! Comme je l’ai déjà dit plus haut, j’ai adoré la mise en oeuvre de l’univers, très immersive pour le lecteur, mais c’es bien plus que cela. Tout prend vie dans sa plume, avec une poésie impressionnante mais discrète et ponctuelle. DE plus, elle nous présente à travers cette dystopie tout ce qu’il y a de pourri dans une société afin de dénoncer les différentes inégalités sociales, mais en présentant des personnages variés de façon subtile, exactement comme je les aime. Par ailleurs, j’ai eu l’occasion d’écouter plutôt que de lire ce livre, mais la narration est vraiment excellente, la voix de Julien Allouf s’accorde parfaitement à ce récit. D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi ce livre est si discret partout alors que c’est une véritable tuerie. Alors s’il vous plait, gens doués, créez moi une fanbase importante avec des fanants, des headcanon et des fanfic sur la suite de l’histoire de Sil (je vous l’ai dit je n’en ai pas assez eu, surtout avec cette révélation que j’attendais depuis le MILIEU DU TOME 2) (non non, je ne suis toujours pas remise. Le serai-je un jour ? Mystère…)

Le tome 1, en un mot : Un roman aux airs de fiction historique mais avec des enjeux très puissants 

Le tome 2, en un mot : Une suite à la hauteur, qui dépasse même son prédécesseur et qui donne envie de découvrir le final

Le tome 3, en un mot : Un final époustouflant pour une série qui l’est tout autant 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s