Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle d’un roman jeunesse de Sébastien Vignoud : Entre les mondes.

Résumé éditeur : La magie, est-ce que ça existe pour de vrai ? Telle est la question qui sera débattue dans ce récit qui aurait pu constituer un conte philosophique digne de Voltaire, mais en fait non. Bien sûr, on ne parle pas ici de prestidigitation ni de tour de cartes, mais plutôt de créatures féériques, sorts et autres enchantements. Pour Églantine, 11 ans et très mûre pour son âge, tout ça c’est du flan. A la télé, dans les livres, dans les jeux vidéo, bien sûr. Mais de la magie dans la vraie vie ? Foutaises que tout cela ! Cependant, sa petite sœur Zoé n’est pas de son avis et bien décidée à lui prouver le contraire. Et elle y parvient, invoquant une créature fantasmatique nommée Jenkins qui va provoquer un enchaînement de catastrophes !
Conscientes d’avoir fait une grosse bêtise, les deux fillettes vont tenter de réparer les dégâts, ce qui va les propulser entre les mondes, dans cet endroit étrange et mystérieux nommé le Couloir. Elles vont y faire la connaissance de personnages hauts en couleur et y vivre toute une série d’aventures, aussi épiques que rocambolesques. Parviendront-elles à arrêter Jenkins et rétablir l’ordre dans l’Univers ?

« La magie, ça n’existe pas. » Les paroles retentirent dans le petit jardin du 742 avenue des Terrasses (troisième maison sur la gauche après le rond-point du MaxiBurger).

Sébastien Vignoud

Lorsque l’on m’a proposé ce roman, je dois vous dire que j’ai été pas mal intriguée, me demandant si le résultat était celui auquel je m’attendais (surtout avec une promesse de style ressemblant au co-auteur de De bons présages)

Tout d’abord, parlons un moment de de l’univers qui nous est proposé dans ce roman. Il est vrai qu’au départ, on peut penser que l’univers reste assez restreint et que l’on ne voit que peu de paysage dans ce roman. Eh bien détrompez vous ! Au fil des pages qui suivent les pérégrinations des deux jeunes demoiselles, on en découvre bien plus que ce que l’on pourrait croire, surtout pour un format aussi court. Par contre, la grande multitude de scènes qui s’amoncellent n’empêche en rien la description, plus ou moins précise et rapide des lieux que nous héroïnes visitent, aussi fantastiques et diversifiés qu’ils soient.

L’histoire quant à elle est pleine de rebondissements. La situation initiale présente efficacement les personnages principaux et le problème auquel elles sont opposées. Vient ensuite la série de rebondissements plus rocambolesques et étonnants les uns que les autres, illustrant parfaitement le chaos que l’on ressent assez facilement en arrière plan. D’ailleurs, on n’a pas vraiment le temps d’y penser pendant la lecture : nos deux jeunes héroïnes entrent dans le Couloir pour vivre toute une série d’actions (que l’on pourrait voir comme un test pour connaitre leur détermination à sauver la Terre), mais ces dernières s’enchainent si vite que l’on n’a pas l’impression de se poser pour réfléchir posément au problème, que tout se fait en un claquement de doigts.

De ce fait, l’atmosphère en pâtit un peu, puisqu’avec toutes ces précipitations, l’auteur n’a pas vraiment le temps de l’installer convenablement, et elle reste donc un peu mise de coté. Elle existe, ceci est indéniable, mais elle n’est pas aussi travaillée que les actions ou les personnages, malheureusement. Ensuite, concernant le style de l’auteur, je ne peux pas vraiment dire que j’ai retrouvé le style de Terry Pratchett, ni dans les passages amusants ni délirants, car l’auteur a plutôt tendance à posséder un style bien à lui.

Enfin, passons aux personnages, qui sont réellement le point fort de cette histoire. D’un coté nous avons deux jeunes (très jeunes) humaines qui partent à la rescousse du monde, en danger suite à leur petite bourde. Et il faut saluer là la capacité de l’auteur pour garder à l’esprit que ce sont des enfants, gardant ainsi leurs réflexions, leurs parole adaptées pour leur âge. Vient ensuite un koala, Kakaoku, leur servant de guide tant bien que mal dans un monde que lui maitrise plus. ou moins. C’est d’ailleurs ce dernier qui apporte tout le comique de l’histoire, devenant ainsi aux yeux des fillettes mais également aux nôtres, très attachants. D’un autre coté, les autres personnages sont peut être un peu moins décrits ou présents, à peine des silhouettes fugaces si vous voulez mon avis, mais ils restent tout de même présents (enfin à leur manière), pour faire avancer l’histoire, sans qu’ils ne viennent entacher la gloire de notre trio.

Bref, un roman jeunesse assez sympa à découvrir

Une réflexion sur “Chronique : Entre les mondes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s