Bonjour mes lecteurs ! aujourd’hui, je vous parle du troisième tome de ma saga chouchou de cet été : Un Palais de Cendres et de Ruines de Sarah J. Maas publié chez la Martinière.

Résumé éditeur : Feyre est retourné à la Cour de printemps, déterminé à recueillir des informations sur les manœuvres de Tamlin et le roi envahisseur menaçant de mettre Prythien à genoux. Mais pour ce faire, elle doit jouer à un jeu mortel de tromperie – et un seul dérapage peut être fatal à Feyre, mais aussi à son monde. Alors que la guerre les frappe tous, Feyre doit décider à qui faire confiance parmi les Hauts Seigneurs éblouissants et meurtriers – et rechercher des alliés dans des endroits inattendus.

Le bourdonnement des mouches et les hurlements des survivants avaient depuis longtemps succédé au martèlement des tambours de guerre.

Sarah J Maas

Hum. A vrai dire, une fois que j’ai terminé ma lecture, je ne savais trop que dire. Et je ne sais toujours pas résumer mon avis, alors je vais dire que ce n’est pas mon tome préféré de la saga, mais il reste tout de même excellent.

Pour l’univers, on pourrait assez facilement croire que l’auteure serait vidée de ses idées et que l’on tomberait dans le redondant. Mais en réalité, absolument pas. Certes, on retrouve la Cour du Printemps et la Cour de la Nuit, mais ces dernières sont plus explorées en détail, dans leurs coutumes par exemple, ou on souligne le différences par rapport aux tomes précédents (peut être connus grâce à l’évolution de Feyre ?) Même si les endroits connus sont éclairés sous un jour nouveau, on découvre au gré des pérégrinations de nouveaux paysages des cours de Prythian, aussi majestueuses que l’on pourrait imaginer.

En ce qui concerne l’histoire, bercée au fil des paysages, on découvre avec ébahissement les différents rebondissements, aussi nombreux qu’étonnants. Ainsi donc, certaines actions nous font plaisir au plus profond de notre âme, d’autres nous secouent, mais chacune s’en rend en nous avec une facilité incroyable et se fraie un chemin jusqu’aux grand final, aussi magistral que l’on pourrait imaginer.

Avec les personnages, on vibre, on a peur pour eux, et tout ça grâce à la plume de l’auteure qui n’est plus à présenter. Son importante maitrise de l’univers le rend complètement réel, à tel point que l’on rêverait de se promener dans es rues en compagnie des personnages les plus incroyables que l’on ait jamais rencontrés (et j’exagère à peine)

Bon, puisqu’il faut finir quelque part, autant finir sur un coup d’éclat non ? Alors parlons encore et toujours des personnages qui se sont mis à nus devant nous, et certains plus que d’autres. Mor s’ouvre à nous d’une façon dont on ne s’y attendait pas, si bien qu’elle nous parait 100 fois plus courageuse que dan le tome précédant. D’un autre coté, nos trois Illyriens sont encore plus féroces, plus tendres, plus courageux et plus attachants que jamais. Les relations entre Rhysand et Feyre et entre Cassian et Nesta sont à la fois drôles et tendres, à tel point qu’on les envie énormément. Les sœurs Archeron ont également beaucoup changé et se sont affirmées au delà de nos espérances : Nesta prend un tournant complètement badass, Elain s’affirme et Feyre érige amplement son titre.

Bref, c’est un roman qui clôt une fabuleuse aventure qui illustre une magnifique avancée des personnages

5 réflexions sur “Chronique : ACOTAR T3 ; Un Palais de Cendres et de Ruines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s