Chronique : ACOTAR T2 ; Un Palais de Colère et de Brume

Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui, je vous parle d’un coup de coeur, peut-être même encore plus violent que le tome précédant Un palais de Colère et de Brume de Sarah J Maas publié chez La Martinière.

Résumé éditeur : Feyre a survécu aux défis d’Amarantha. Elle est devenue une Fae, créature immortelle, et a hérité de pouvoirs qu’elle ne maîtrise pas.
Mais son cœur est resté celui d’une humaine, et elle ne peut effacer ce qu’elle a dû commettre pour sauver Tamlin et la Cour du Printemps…
Elle ne peut non plus oublier qu’elle a conclu un marché avec Rhysand, le redoutable Grand Seigneur de la Cour de la Nuit. Une semaine par mois, elle doit séjourner à ses côtés, dans son palais. Et si elle est d’abord réticente, elle va découvrir qu’il est loin d’être le Fae cruel et manipulateur qu’elle pensait connaître. Et, à ses côtés, elle va apprendre à dompter ses pouvoirs d’immortelle. Et douter de ce qu’elle ressent pour Tamlin…
Mais au-delà de la Cour de la Nuit, une menace se profile à l’horizon. Car les desseins du roi d’Hybern pourrait bien ébranler tout le royaume des immortels.

Peut-être avais-je toujours été malsaine.

Sarah J Maas

J’avais adoré le premier tome et à la fin de ce dernier j’ai sauté sur mon ordi pour me commander le second tome qui n’est jamais arrivé assez tôt, si bien que j’ai laissé un peu de temps entre les deux, histoire de me remettre de mes émotions.

Coté univers, on sort un peu de la cour du Printemps pour découvrir le reste de Prythiam, et c’est une chose absolument fabuleuse. Ainsi, on admire de nouveaux paysages tout en gardant quelques unes de ces cours nappées de mystères pour mieux les découvrir dans le futur. Ainsi, on remarque pleinement la profondeur de l’univers, par ls nombreuses descriptions divergentes des différentes cours, montrant la complexité mais aussi l’harmonie qui règne en maitre.

Pour illustrer cette harmonie, on ne peut pas passer à côté de la plume de l’auteure toujours aussi poétique mais aussi pleine de maîtrise. Si les cours possèdent des traits bien distincts, elles prennent littéralement vie par les descriptions absolument parfaites. De plus, le ton et l’atmosphère qu’elle s’attache à nous rendre palpable rend l’histoire, déjà passionnante, encore plus vivante, nous absorbant sans ménagement.

Que dire de l’histoire qui n’ait déjà été dit ? Rien, mais je vais le faire quand même. L’histoire, c’est un torrent d’émotions et d’actions qui se déverse sur vous sans que vous vous en rendiez compte. Du moins, au début. C’est vrai que cette dernière commence doucement (surtout après la fin de malade que l’on a eu pour le premier tome) mais c’est pour mieux montrer l’état mental de Feyre et sa détresse, clé de la suite de l’histoire. Car c’est à cause de son choc de Sous a Montagne que tout va s’enchainer, les bonnes comme les mauvaises choses. Et de ce fait, on est peu à peu absorbés par notre lecture, remettant en cause nos opinions passées sur les personnages mais également sur les actions du tome 1, dans un mindfuck absolument divin. De ce fait, on est presque tentés de s’arrêter au milieu de l’action pour relire le tome 1 avec l’angle apporté par le tome 2 et c’est un coup de brio magistral. En dehors de ça, les actions tiennent leurs promesses et bien plus encore, mettant en scènes des personnages très profonds.

Bon, sans vouloir jouer les rabats joie, à l’ouverture du livre, j’ai eu vraiment peur pour les personnages. Comprenez moi bien : Feyre n’est plus de l’ombre d’elle même, Lucien a perdu de son caractère et de son mordant pour se retrouver effacé derrière Tamlin qui a radicalement changé et notre nouvelle amie Ianthe ne m’est pas des plus sympathiques. Autant dire que ça commençait plutôt mal, surtout par une déception du duo Feyre/Lucien qui a toujours su apporter du piquant. Mais tout à coup, comme Feyre, je revois le soleil et la bonne humeur avec toute l’équipe de la Cour des rêves : Cassian, Azriel, Morrigane, Amren et Rhysand apportent l’humour et le mordant qui me manquait tant dans une première partie. Les liens qu’ils possèdent entre eux mais qu’ils tissent avec Feyre devant nos yeux sont si parfait qu’ils font rêver (Honnêtement, qui tuerait pour avoir un Rhysand dans sa vie ? Moi en tout cas oui, sans aucune hésitation). De plus, avec eux chaque rebondissement se teinte d’une couleur plus chaude, plus vivante.

Bref, un second tome encore meilleur que le premier, à lire sans plus attendre si vous avez aimé le tome 1

2 réflexions sur “Chronique : ACOTAR T2 ; Un Palais de Colère et de Brume

  1. J’ai adoré ce premier tome avec la Cour de la Nuit, on découvre Rhysand d’un oeil nouveau et l’évolution de sa relation avec Feyre est très intéressante à suivre. Je trouve que le changement radical de Tamlin manque de subtilité (comme si, peut-être, on avait besoin de ça pour apprécier davantage Rhysand) mais le reste m’a beaucoup plu.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s