Bonjour mes lecteurs ! Aujourd’hui je vous parle de Death of Laughter de Benoit Gaillard publié aux éditions Librinova (merci d’ailleurs à eux pour leur confiance).

Résumé éditeur : Après un cambriolage, Mike et Laurie sont recherchés. Ils décident de partir vivre une autre vie. Mais, après un accident de voiture, ils se retrouvent coincés dans un village dénommé City Hill. Quelqu’un les observe. Mais qui ? Et comment vont-ils sortir ?

La soirée promet d’être sacrément arrosée, les « Bristol City Football Club » ont battu les « Hull City ».

Benoit Gaillard

En réalité, je reste assez circonspecte à la suite de ma lecture. Tout d’abord, je pense que le découpage du livre ne m’a pas aidé dans ma lecture. Le livre est en effet composé de 6 chapitres, eux mêmes subdivisés en petites parties. Comme le format est assez court (99 pages sur mon iPad mini), les sous-parties ne faisaient qu’entre 1 et 4 pages pour la grande majorité. j’avais l’impression de lire quelque chose d’assez saccadé, sans grande relation entre les parties, ce qui a considérablement gâché ma lecture. De plu, cette impression n’a pas été allégée par la plume de l’auteur, pourtant pleine de potentiel, que j’ai trouvé quelques fois trop lourde.

En revanche, j’ai beaucoup apprécié l’univers et l’atmosphère qui l’accompagne. Pendant toute l’histoire, celle-ci pèse sur les personnages, induisant leurs actions et réactions, les faisant naviguer sur leurs instincts les plus primaires. Ainsi, le lecteur apprend véritablement à les connaitre, dans leurs moindres retranchements. Même si j’ai eu beaucoup de mal avec les deux personnages principaux, il faut avouer qu’ils nous guident parfaitement dans ce livre, à la découverte de cet endroit étrange et que le lecteur peut ainsi s’identifier à eux. Par contre, je trouve que du coté de l’histoire et des réactions des personnages à certains évènements, tout va trop vite. Les évènements s’enchainent très rapidement, surtout après la très bonne introduction qu’est le premier chapitre (là dessus, rien à redire !), mais beaucoup trop à mon gout. les personnages ne prennent pas vraiment le temps de se poser et de réfléchir et semblent être déjà au courant de ce qui va se passer, du fait que rien de semble les étonner plus que ça. Malheureusement, ça les rend un peu trop irréalistes à mon goût. Et juste un petit mot pour finir : je suis aussi déçue de la fin, qui était à mille lieux de ce que j’imaginais, mais qui ne me convient malheureusement pas. Mais malgré tout, essayez le peut être que ca vous conviendra !

Bref, un livre où l’atmosphère est incontournable

2 réflexions sur “Chronique : Death of Laughter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s