Chronique : Les Révoltés d’Athènes

A quoi ça peut tenir, la vie.

Mathilde Tournier

Retour dans la Grèce Antique, à l’époque bénie du siècle de Périclès où Athènes vivait sa plus belle vie dans la paix et la prospérité. Enfin dans la paix, ce n’est qu’au centre de l’agora qu’elle est présente. Car, dans l’Attique, la guerre se déchaine entre les deux grandes cités rivales : Sparte et Athènes. C’est au coeur de cette guerre qu’est envoyé Héraclios, un séduisant soldat venant du Pirée, le port de la célèbre cité démocratique avec son père et son oncle. Malheureusement, dès leur descente du bateau, une fois le campement monté et alors qu’Héraclios part en quête de nourriture, ils se font tous attaquer par l’armée spartiate, décimant tous ses compagnons et sa famille. Après avoir échappé de si peu à la mort, Héraclios tente de rentrer chez lui de tous les moyens qui soient afin de prévenir sa famille restée au Pirée de l’issue de l’assaut surprise. Avec détermination, et à force de négociations, il réussit à vendre sa force et à s’enrôler dans un navire marchand qui se dirige vers son objectif. Ayant retrouvé sa famille, il se laisse célébrer pour son retour le coeur lourd, mais il doit rapidement annoncer la nouvelle dévastatrice à sa famille. Et bientôt, l’armée spartiate est au bord des murailles, levant un siège de la ville qui va bientôt affamer les habitants et marquer à coup sur le destin de toute une population.

Cette fiction historique se déroule comme de bien entendu dans la Grèce antique, au coeur de la guerre la plus destructrice et la plus connue de cette période. En clair, je le conseille à tous les passionnés de Grèce antique, tous les amoureux des reconstitutions et des fictions historiques.

Je dois vous le dire, j’ai franchement adoré ce livre. Bon c’est certes une fiction historique et j’aime tôt de même assez ce style, il faut l’avouer, mais je trouve que ce livre a beaucoup de potentiel et n’a pas assez de visibilité. Pourtant, il brosse quand même un tableau réaliste de la vie dans la Grèce antique. L’auteure a fait de nombreuses recherches afin de planter un décors le plus exact possible pour la période donnée, si bien que le lecteur s’imagine facilement déambuler dans le Pirée et suivre la route jusqu’à l’agora afin de voir le vote ou d’assister aux déclarations et débats des aristocrates. C’est bien sur la force du roman : la majorité des événements se sot réellement passés et la grande majorité des personnages que le héros rencontre au cours de sa vie ont réellement existé. Cette toile de fond est d’une exactitude rare et le lecteur s’en trouve beaucoup plus marqué. Du peu que l’on connaisse la région, ou la situation à cette époque, ou que l’on ne s’y connaisse absolument pas, le lecteur est immergé dans le monde d’une facilité déconcertante : c’est le pouvoir de la plume unique en son genre. On retrouve vraiment tous les éléments que l’on penserait retrouver : des batailles sanglantes, des traitres et de nouveaux alliés au coeur de rebondissements à n’en plus finir. Le héros, Héraclios, vit depuis toujours dans cet univers que le lecteur connait plus ou moins bien mais, en bon narrateur, prend le temps d’expliquer les divers éléments de sa vie, ses relations dans un franc parler qui lui est propre. Il ne cache rien au lecteur quand à son univers, même pas les détails intimes ou honteux de sa vie, les coups durs comme les moments heureux, aucun détail ne passe inaperçu. Au fil de sa quête, il va grandir et prendre de la maturité malgré tous les problèmes qui le poursuivent.

Bref, une fiction historique haute en couleurs


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s